Tissus Traditionnels du Kenya


On ne peut pas parler des tissus traditionnels du Kenya sans évoquer le khanga, le kikoy ou les mashuka traditionnels des Massaïs, ou encore le Tie & Dye.


L’histoire du khanga remonte à la seconde moitié du 18ème siècle, période du commerce des esclaves.  Avec l’affranchissement, les deux tissus originaux, le Kaniki et le Merikani, simples pièces d’étoffe portées par les esclaves, sont transformées en des tissus finement fabriqués intégrant parfaitement des couleurs et des dessins extraordinaires, comme ceux qui ont habillé les mannequins.


Le Khanga, toujours coloré est en coton. Ces jolis tissus traditionnels sont aussi connus pour les proverbes en swahili, langue parlée par plus de 100 millions de personnes en Afrique de l’Est, imprimées en bas du pagne.


Le Kikoy,  connu pour ces couleurs vives est également toujours en coton : Il a une couleur unique, souvent  avec des rayures mais avec  des bordures droites alignées avec une couleur différente.

Kikoy, un mot swahili qui signifie le pagne est le fruit d’une longue histoire de plusieurs centaines d’années entre le monde arabe et les côtes kenyane et tanzanienne. Mais autrefois,   le kikoy était seulement porté par  les hommes  autour de la taille. C’était souvent le vêtement favori des marins sur leurs boutres, les couleurs  étaient alors moins flamboyantes qu’aujourd’hui.


Le shuka, à l’origine, uniquement rouge mais aujourd’hui le shuka arbore un choix incroyable de couleurs. Les massais les utilisaient pour se tenir chaud comme couverture ou pour s’habiller simplement.


Le Tie & Dye  autrement dire nouer, presser ou coudre des morceaux de tissus  avec des liens puis les plonger dans la teinture naturelle.  Le coton naturel transformé par cette technique fait partie des tissus kenyans  qui  ont toujours  existé  mais qu’on ne met pas assez en lumière.